Un Pilote VFR - Christophe

vendredi, avril 28, 2006

Encore des tours de piste ?

Aprés un repas rapidos, comme d'habitude quand je suis sur Paris, car je suis surchargé par mon planning infernal, j'ai courru jusqu'à la gare RER pour attraper un train pour Chelles.
Le temps n'était pas fameux cette aprés-midi du Mercredi 26 Avril 2006, en bref c'était couvert.
Je n'avais pas eu le temps de consulter les METAR du bourget, mais d'aprés mon instructrice, ça le faisait pour voler.
Arrivé au terrain, il commence à pleuvoir...Pour sûr on est pas dans le 06, chez l'amie quatrelle

Préparation de l'avion.
Je vais éviter de vous refaire la meme rangaine avec ma prévol et la sortie des habituels avions donc je passe directement au briefing.

Briefing donc.
Nous avions convenu de faire des décrochages aujourd'hui...donc du côté de Coulommiers histoire de monter à 2500ft pour avoir un peu d'eau sous la quille au cas où.
Le rallye du club vient de se garer à côté de nous, et son pilote coupe le moteur et sort de l'avion.
Je remarque que son beacon tourne toujours, et Eliane l'interpelle comme elle peut depuis la vitre de notre Cessna (vitre qui ne s'ouvre qu'avec un angle de 20° d'ailleurs , pas facile de passer le bras pour frimer l'été).
Le collègue pilote retourne couper sa BAT, et revient nous parler de ses impressions en vol.
Je vous résumerai notre entretien à une seule phrase : Les décrochages c'est pour une autre fois.

Donc c'est reparti pour des Tours de Piste, comme hier, mais sur la 29 cette fois car le vent est différent.
Voila qui va mettre du piquant. Je n'ai utilisé qu'une fois cette piste, et c'était plutôt sportif.
Souvenez-vous, c'était le jour où la manche à air était indiquait 25kts de vent...

Un oeil sur la carte VAC, étude du tours de piste, et roule ma poule.
On coupe les axes 29/11, et on chope le taxiway comme on peut, car le pare-brise est rempli de goutellettes de pluie et niveau visibilité, c'est pas ce qui se fait de mieux.
Vivement le décollage qu'on enlève tout ça.

En effet, à 100mph, difficile pour des goutelettes de résister au vent, et c'est avec un pare-brise clean que j'ai pu faire mon approche 29.
Sauf que je voyais pas la piste...
Rien à faire, pas habitué à cette approche, j'avais perdu mon terrain, j'étais en vrac, je ne pensais qu'à ma vitesse, à mon altitude et à mes volets. Trouver la 29 était une surcharge de trop pour mon pauvre petit cerveau surmené
C'est là où on est content d'avoir une FE à côté de soi
Finalement, j'étais en presque courte finale que je situais enfin la piste...ouille ouille, la honte
Impressionnant l'atterrissage avec la route qu'on survole à 50ft.
Lorsqu'un camion passe à ce moment, on a presque envie de tirer sur le manche

Joli toucher, qui décroche un : Joli celui là ! de mon instructrice.
Dégagement à droite, et on repart au point d'arrêt.

C'est reparti.

Cette fois j'ai repéré ma piste, je l'ai dans mon viseur, elle ne peut pas m'échapper, grâce au VTH de Bee Gee, j'apprécie mon plan de descente et mon lieu de toucher...je suis le maitre du monde...

Oups, je ne suis pas sur FS, seulement dans un Quebec Fox avec un badin qui s'en va dans les chaussettes et une instructrice qui me le rappelle par un : "Regarde ta vitesse 60mph c'est short"
Et c'est vrai que c'est short, c'est même pas la vitesse de rotation.
Pff, pas sérieux tout ça

Joli touché à nouveau avec un arrondi style appontage. Vous savez, un arrondi franc mais clean, avec quelques décimales de G positifs dans la tronche.

Dégagement à droite et c'est reparti...

Cette fois, faut que ça soit parfait !

Mince, j'ai failli oublier de m'annoncer en vent arrière en coupant l'axe 04/22
Allez, réchauffe, arc blanc, volets 10°, tout le tsoin-tsoin habituel.
Virage de base, dernier virage, finale, et vlan, on overshoot l'axe.
Bon ça va le faire, je rectifie ma trajectoire afin d'atterrir sur la piste, et non sur le taxiway (mon grand défaut ).
Vitesse de 70mph, on est bon, le plan est génial, l'axe devient correct, arrondi style appontage et joli toucher.

Dégagement à droite et c'est reparti...

Dernier virage, et vlan, overshootage réussi.
L'instructrice me le fait remarquer, et je grince des dents
On corrige l'axe, mais dans la panique je sors 40° de volets...
Vous savez, pour les atterrissages courts
Ce qui déclenche automatiquement un : "Hey, pas tous les volets coco !" de l'habituelle instructrice.
Faut dire pas facile, y a pas de cran sur ces volets. On est obligé de regarder l'indicateur de sortie situé dans le coin gauche de la tête du pilote. Pas évident quand on est en finale et qu'on a 1 millions de choses à contrôler.
Hop, ni vu ni connu, je remet 30° et je m'occupe de mon plan et de ma vitesse.

Quand soudain, en courte finale, l'instructrice crie : REMISE DES GAZ !
Ca a pas un p'tit air de déjà vu ça ?

Enfin bref, on traine pas, assiette-puissance-volets
Pouce levé de l'instructrice. C'est dans la fouille comme dirait pierre
C'est reparti pour un tour, et joli touché tout en douceur.

Freinage différentiel pour dégager à gauche afin de rentrer au parking.
Et voila un super vol de 45min intenses !

Soit un total de 8h20 au compteur.
C'est comme la RATP ça : on avance, on avance...