Un Pilote VFR - Christophe

vendredi, mai 26, 2006

De la mania...

Hier, j'ai volé 1h05...

Hé oui, c'était le mardi 23, à 17h30.
Le temps était beau, la visi splendide. Ca faisait longtemps que j'avais pas vu ça à Chelles.
Tout concordait enfin pour faire les sacro-saints décrochages...

Aujourd'hui, la chance était avec moi.
En effet, le rallye avait été parké dans le hangar gauche, ce qui signifie que pour la 1ere fois de ma vie, je n'aurais pas à le sortir pour tirer dehors mon Cessna !
Quel bonheur...

Nous avons mis en route et nous avons roulé pour la 29 pour un vol local dans les alentours de Coulommiers.
Un traffic avec une radio qui grésille et une voix à peine audible se présente en verticale terrain au moment où nous mettons pleine puissance.
Il nous voit, c'est confirmé, pas de soucis...
On effectue la rotation sur la bosse de la 29, et l'avion s'arrache du sol tout seul.

On file vers les cheminées, et verticale j'annonce que je quitte la fréquence.

Je sors ma carte VFR Paris, me localise, localise cette petite route toute droite qui trace vers les bois, et la suis.
Nous croisons l'A4, laissons Disney à gauche.
Tout va bien. Il y a certes de sympathiques turbulences qui de temps en temps nous font valdinguer sur les côtés, et de haut en bas, mais c'est marrant. En tout cas, c'est pas le genre de truc qui va me rendre malade !

On grimpe à 2300ft dans la zone appropriée, et au-dessus du bois, on commence les hostilités.

360° à gauche forte inclinaison.
Vlan, 50° dans la tête.
Faut garder le capot sur l'horizon, sans piquer, sans monter. Faut aussi garder une inclinaison constante, ce qui n'est pas toujours facile avec ces foutues turbulences !

360° à gauche forte inclinaison.
C'est reparti.
Cette fois c'est mieux. L'inclinaison est constante, l'avion vire bien et vite. J'essaie de pas trop piquer.
Sinon je rectifie avec un peu de pied externe.

360° à droite forte inclinaison.
Encore !
Cette fois, j'envoie 55° dans la tronche...Ca commence à devenir serré.
J'adooooore cette sensation de tassement sur son siège, et l'horizon qui s'affiche soudain d'une manière pas trés habituelle .

Bon, ça ira pour les virages. Maintenant, les décrochages !

On se met face au vent.
Le coeur s'accélère, Eliane m'explique de bien le tenir au palonnier pour éviter l'enfoncement d'une aile qui pourrait provoquer un départ en vrille.

Réchauffe tirée.
Je réduis tranquillement.
J'entends le sifflement du vent.
Le badin dégringole.
L'incidence augmente.
Je commence à flipper...
55mph, l'avion chante.
50mph, il chante plus fort.
45mph, il s'enfonce soudainement nous gratifiant d'un superbe trou d'air.

Pas de buffeting, un enfoncement clair et net, on peut pas le louper.
On remonte à 2300ft, et on en refait un autre.

L'estomac se soulève à nouveau.
J'adore le moment où l'oeil retrouve le sol, ce moment où la vitesse réaccélère, où le bruit du vent s'intensifie.
A ce moment, il faut se méfier du facteur de charge, et remettre de la puissance tranquillement, puis rentrer sa réchauffe.

Enfin, nous tentons d'effectuer des 8.
C'est à dire, des demi-cercles de chaque côté d'une ligne droite.
Mouais...à revoir.
Mes demi-cercles ressemblent plutôt à des patates.

Nous décidons alors de rentrer au terrain.
Soudain Eliane me dit : "Maintenant, tu es tout seul dans l'avion."
Je déteste quand elle me dit ça !

Alors, je prends la carte VFR Paris, et je commence à reprendre mes repères.
Bon réfléchissons. Déjà, je vais vers l'Ouest, c'est toujours ça.
Ensuite, la ville de Coulommiers est ma droite, à 5min de vol. J'aperçois Meaux au loin.
Je localise une voie ferrée que je retrouve sur ma carte. J'en déduis ma position, et prends le cap approprié.
Eliane hoche la tête, elle est contente.

Nous retrouvons Disney, que nous laissons à droite, puis les cheminées.
Je m'annonce à nouveau sur Chelles, fais ma verticale terrain et m'intègre pour la 29.
Je suis tout seul dans le circuit, no traffic dans le coin, Chelles st à moi, c'est encore mieux que la piste de travolta.
J'effectue mon dernier virage, que je fais encore une fois trop court.
J'élargis...les turbulences se déchainent.
C'est vraiment une damnation ! J'ai remarqué que les turbulences se déchainent toujours dans les moments les plus délicats du vol...

Ma vitesse 75mph c'est trop, mes volets 20° ça suffit y a du vent, mon plan pas mal.
On vise la route, Eliane ne touche à rien.
Plein réduit, vol horizontal, Eliane ne touche toujours pas à l'avion.
Arrondi....Arrondi.............Arrondi................qui vient pas.
Allez, petit avion, enfonce toi petit avion.

Le temps semble suspendu, c'est la 1ere fois que je pose si loin.
Enfin bon, faut de tout pour faire une formation.

Juste le temps de freiner pour dégager à gauche qu'il faut déjà rentrer les volets et la réchauffe.

Nous revoila au parking, je gare l'avion superbement bien (je sais je sais ), et je coupe tout, la totale !
Centrales Off, APU Off, 2min d'attente, le doigt dans le trou, et Bat 1 et 2 Off.

Oups...